Ce qui saute aux yeux, quand on observe pour la première fois le travail de Pascale Moïse, c’est la diversité de ses sources d’inspiration : telle toile, assemblages de taches noires sur fond blanc, évoquent le test du psychanalyste Rorschach, d’autres des hiéroglyphes ou des caractères chinois. Telle autre ressemble à un poisson fantastique (un requin bleu ?) surgissant des flots…

Des bleus glacés, (une voile émergeant d’une banquise ?), des jaunes et des rouges vifs évoquent des fleurs fantastiques.

Un paysage de verdure, des tuiles ocres jaillissent de la toile… des flots bleus, une forêt d’une même couleur…

Un paysage marin : une mer bleue foncée, avec un bateau incertain, et un ciel nuageux gris-bleu.

Cette fois, c’est une étrange fusée bleue foncée qui sort d’une mer agitée…

Des petites encres noires sur fond blanc évoquent, l’une un pêcheur, ou un marin sur sa barque, l’autre une frêle voile au bord d’une vague monstrueuse…

On ne peut qu’admirer cette œuvre foisonnante et multiforme. 

Robert Linhart Sociologue, philosophe et écrivain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *